Idée reçue n°4 – « C’est en Afrique que se trouvent la plupart des personnes souffrant de la faim. »

Chaque semaine, le SEL décrypte une idée reçue sur le développement et la pauvreté. Ce que vous pensiez évident… ne l’est peut-être pas !

Mains tenant des grains de riz

Tout au long de l’année, le SEL décrypte une idée reçue sur le développement et la pauvreté. Ce que vous pensiez évident… ne l’est peut-être pas ! Chaque jeudi matin, retrouvez ici cette chronique radio réalisée en collaboration avec Radio Arc-en-Ciel.

Cliquez sur le bouton de lecture ci-dessous pour écouter la chronique de la semaine :

Gwladys (Radio Arc-en-Ciel) : Une bonne nouvelle aujourd’hui. La faim recule dans le monde, selon les chiffres de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture.

Nicolas (SEL) : C’est vrai. Les prévisions pour l’année 2015 ont été dévoilées par la FAO – l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture – et ces chiffres sont encourageants : « la faim recule dans le monde, mais… – il y a un mais ! – 795 millions de personnes souffrent encore de sous-alimentation chronique ». Donc si de nombreux progrès ont été réalisés, il reste encore du chemin à parcourir…

Ce sera une véritable bonne nouvelle quand plus personne ne souffrira de la faim…

Il y a encore une personne sur neuf aujourd’hui qui n’a pas accès à une nourriture suffisante pour être en bonne santé et pour mener une vie active. La faim et la malnutrition constituent ainsi le risque sanitaire mondial le plus important : plus que le SIDA, le paludisme et la tuberculose réunis

Quand on parle de la faim dans le monde, on pense tout d’abord aux pays africains mais n’est-ce pas un peu réducteur ?

Certains pays africains ont encore de nombreux défis à relever pour protéger leur population de la sous-alimentation. Mais lorsque l’on regarde un peu plus précisément où se trouvent les personnes qui souffrent de la faim, il est intéressant de noter que la très grande majorité d’entre elles se concentre – non pas en Afrique – mais en Asie. L’idée reçue selon laquelle c’est en Afrique que se trouverait la plupart des personnes souffrant de la faim est battue en brèche par les chiffres.

Justement, est-ce que l’on connaît précisément la répartition géographique des personnes qui souffrent de la faim dans le monde ?

Oui. Les chiffres sont toujours instructifs. Sur les 795 millions de personnes sous-alimentées dans le monde, 224 « seulement », si on peut dire, vivent en Afrique. A l’inverse, l’Asie compterait, quant à elle, 506 millions de personnes sous-alimentées, soit environ les 2/3 des personnes se trouvant en situation d’insécurité alimentaire dans le monde.

Effectivement, ça donne une autre perspective qui finalement semble assez logique – si on peut dire – puisque l’Asie est la région la plus peuplée du monde…

Tout à fait. Ces chiffres ont du sens en tant que tel mais il peut aussi être intéressant de les rapporter à la population totale des différents pays ou continents. Ainsi, avec pas moins de 195 millions de personnes souffrant de la faim, l’Inde se place tristement en tête du classement. Elle détient à elle seule presque autant de personnes sous-alimentées que l’ensemble du continent africain mais en même temps, comme vous le rappeliez, c’est assez logique puisque la population totale de l’Inde est sensiblement la même que celle du continent africain dans son ensemble. Cette approche permet alors de relativiser un peu les chiffres présentés précédemment mais elle n’enlève rien au fait que les 2/3 des personnes qui souffrent de la faim se trouvent en Asie et non pas Afrique comme bien souvent on pourrait le penser.

C’est sûr. Mais on dit souvent qu’une idée reçue a toujours un fond de vérité alors d’où vient celle qui dit que « c’est en Afrique que se trouvent la plupart des personnes souffrant de la faim » ?

Plusieurs raisons pourraient être avancées. L’Afrique est sujette à plus de situations extrêmes et de crises alimentaires dues aux guerres ou aux événements météorologiques. Or, en général, ce sont ces situations catastrophiques qui sont le plus présentes dans les médias et dans les communications des ONG actives dans l’aide alimentaire d’urgence. Ce n’est pas mal en soi. Ces populations ont justement plus que jamais besoin de notre aide mais à terme cette surreprésentation médiatique peut aussi déformer notre perception de la réalité et nous faire croire que « c’est en Afrique que se trouve la plupart des personnes souffrant de la faim ».

Pour aller plus loin : FAO, L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde, Rapport 2015.

Bannière Idées reçues sur le développement - SEL

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *