Au cœur des enjeux du développement : la problématique de l’eau ! [2/3]

De par son caractère indispensable à la vie humaine, l’eau se trouve de fait au cœur des enjeux du développement. Mais plus encore, c’est surtout en raison des problématiques actuelles qu’elle en devient un sujet incontournable et prioritaire !

main eau

La forte augmentation de la demande en eau 

L’accroissement de la population

Si, comme nous venons de le voir, l’offre en eau peut être considérée comme étant à peu près stable, ce n’est pas du tout le cas de la demande. Celle-ci connaît une forte augmentation et cela participe de la raréfaction de la ressource. Deux raisons principales expliquent ce phénomène. La première est la croissance démographique.

Ces dernières décennies, la population mondiale a fortement augmenté et ce n’est pas près de s’arrêter. En 2050, on prévoit qu’il y aura 9,7 milliards d’habitants sur la Terre. Il s’agit d’autant de personnes qui auront besoin d’eau pour boire mais aussi pour se nourrir. Car ne l’oublions pas, l’agriculture est encore de loin le secteur le plus demandeur en eau. Elle représente à elle seule près de 70 % de la consommation totale !

Par ailleurs, cet accroissement de la population est d’autant plus problématique qu’il va principalement avoir lieu dans des régions qui connaissent déjà des difficultés d’accès à l’eau. En 2050, un quart de la population mondiale devrait être africaine et la part de personnes vivant dans des pays en pénurie d’eau, qui était de 8 % au début du XXIe siècle, devrait passer à 45 % en 2050.

L’augmentation des niveaux de vie

La croissance démographique n’est pas le seul facteur poussant à une forte augmentation de la demande en eau. Il y en a un second, peut-être plus subtil. Il s’agit de l’augmentation des niveaux de vie.

Cette augmentation des niveaux de vie concerne les pays développés mais aussi et surtout les pays émergents dans lesquels se constitue progressivement une classe moyenne. C’est ainsi que l’on a pu constater que les prélèvements en eau ont augmenté deux fois plus vite que la population mondiale au cours du XXe siècle.

En voyant leurs revenus augmenter, ces populations vont consommer différemment et ces changements de régimes alimentaires vont avoir tendance à augmenter ce que l’on appelle le « stress hydrique ». Il faut en effet quatre fois plus d’eau pour produire un kilo de bœuf en comparaison d’un kilo de poulet, et cinq fois plus d’eau pour produire un verre de jus d’orange par rapport à une tasse de thé.

Lire la suite

Retour à la première partie

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *