Comment écrire à votre filleul en temps de crise ?

Vous ne savez pas quoi écrire à votre filleul en temps de crise ? C’est normal, la situation est déroutante pour tout le monde. Nous vous apportons dans cet article des éléments à avoir en tête lors de la rédaction de votre lettre.

Chers lecteurs,
Tout d’abord : comment allez-vous ?
Est-ce que, comme nous, vous vous posez plein de questions, sur la santé, l’avenir, ce qu’adviendront les projets décalés, ou les impacts des événements annulés ? Ce n’est pas évident, n’est-ce pas ? Sachez en tout cas que l’équipe du SEL prie pour vous en ces temps d’incertitude.

Vous vous demandez aussi sans doute comment se porte votre filleul. Peut-être voulez-vous même lui demander directement : comment il va, comment vous pouvez prier pour lui… Ce sont de bonnes questions ! Et cela nous réjouit de savoir que, même en étant impactés par une pandémie en France, vous continuez à vous préoccuper des enfants en situation de pauvreté : Merci ! Afin de vous accompagner dans cette démarche, voici quelques éléments à avoir en tête en écrivant une lettre à votre filleul en temps de crise.

Les crises ne sont pas nouvelles ou inédites, et le pays de votre filleul en a sans doute déjà traversé un certain nombre. Votre filleul aussi, peut-être. Cela n’enlève rien à la gravité de la situation actuelle, au contraire. Il faut simplement être conscient qu’écrire à votre filleul en ce moment va demander une dose supplémentaire de prévenance et de sensibilité.

Les lettres en temps de crise

Mais avant ça, nous allons répondre à la question que vous vous posez sans doute : « Mes lettres arriveront-elles ? »

La pandémie actuelle force toutes les organisations et services administratifs à s’adapter. De fait, les courriers pour les enfants parrainés seront certainement retardés, que ce soit par les services postaux en France, à l’international, ou simplement un confinement empêchant la distribution des lettres au domicile de votre filleul. Mais nous vous encourageons à continuer de lui écrire quand même ! Vos courriers seront de beaux cadeaux peu importe le moment où il les recevra. Nous conseillons à tous nos nouveaux parrains d’écrire à leur filleul au moins 2 fois par an. Si vous ne l’avez pas encore fait, c’est l’occasion !
Si vous avez des enfants à la maison, faites-les participer par un dessin ou un petit mot. Vous trouverez des idées dans cet article.

Cela étant éclairci, nous allons maintenant vous donner quelques bonnes pratiques pour poser des questions à votre filleul, l’encourager et prier pour lui en temps de crise. Car, même si la crise que nous vivons actuellement est exceptionnelle à bien des égards, ce n’est pas la première et ne sera sans doute pas la dernière.
En effet, ne serait-ce qu’en 2019, certains pays ont été affectés par des épidémies de Dengue, d’Ebola et autres virus. Et comme toujours, les personnes vivant dans la pauvreté sont particulièrement vulnérables.

De fait, cela nous semble important de vous équiper pour savoir quoi et comment écrire à votre filleul lorsque lui, son pays ou sa communauté, traversent un temps de crise. Vous êtes prêts ? Alors c’est parti.

1. Posez les bonnes questions

Des questions trop directes liées à sa santé peuvent être gênantes ou le mettre en difficulté, car elles peuvent paraître intrusives ou toucher à sa vie privée. Posez-lui plutôt des questions ouvertes et plus générales, comme :

  • Comment se porte ta famille ?
  • As-tu appris à bien te laver les mains au centre d’accueil ?
  • Que se passe-t-il en ce moment dans ton village ?

Il sera alors libre de partager des choses qui lui tiennent à cœur, sans être heurté.

2. Soyez sensible à sa situation

Vous pouvez évoquer une crise sanitaire comme celle du Covid-19, il faut simplement le faire avec délicatesse. En effet, il est important de préserver la sphère privée de votre filleul et de sa famille. Plutôt que de lui demander directement si lui ou un membre de sa famille est atteint, voici quelques propositions :

  • Partagez des crises ou des expériences que vous avez vous-mêmes vécues, ou êtes en train de vivre. Dites-lui comment vous et votre famille vivez le confinement, comment vous faites face à la crise du Coronavirus, ce que vous traversez. Cela créera une proximité qui l’encouragera peut-être à vous raconter son ressenti personnel.
  • S’il vous parle dans une lettre précédente d’une maladie ou d’un décès, vous pouvez y faire référence dans votre courrier, avec compassion. Mais s’il ne le mentionne pas, ne revenez pas dessus. Il essaie sans doute de tourner la page, ou bien ne souhaite pas en parler pour l’instant.

3. Encouragez-le

Si votre filleul vous parle d’une maladie ou d’une crise que lui ou sa famille traverse, il a sans doute besoin de soutien. Partagez avec lui un moment où Dieu vous a fortifié et redonné espoir. Rappelez-lui que Dieu est le Berger Ultime, et infusez votre lettre d’espérance. Lire ces mots lui fera certainement du bien.

4. Priez pour lui

Dites à votre filleul que vous priez pour sa santé et celle de sa famille. Faites-lui savoir qu’il est régulièrement dans vos prières, surtout en temps de crise. Vous pouvez lui donner des exemples précis de vos prières : « Je prie que Dieu te garde », « Je prie pour la santé de ta maman… », etc.

Les cas de crises familiales

S’il s’agit d’une crise familiale : perte d’un proche, d’une maison, la séparation des parents… Cela peut être particulièrement traumatisant pour un enfant. La plupart des gens ont vécu ou vivront une crise de ce type, y compris votre filleul, ou vous-même. Si cela est récent, en relation avec la pandémie actuelle, nous sommes de tout cœur avec vous.

Si votre filleul traverse une situation de ce genre, voici quelques façons dont vous pouvez le soutenir à distance :

  • Encouragez-le à en parler avec quelqu’un au centre d’accueil. Le personnel est dédié au soutien des enfants, et sera de bon conseil.
  • Lui demander comment vous pouvez prier pour lui.
  • Soyez doux dans vos formulations, pesez bien chacun de vos mots, afin de ne pas heurter sa sensibilité.
  • Demandez-lui comment il va et ce qu’il ressent, plutôt que comment il a vécu la situation. Cela lui permettra de vous parler de son état, sans avoir à revivre cette expérience potentiellement traumatisante.
  • Si vous avez vécu une situation similaire, racontez-lui, si vous êtes à l’aise. Décrivez les étapes par lesquelles vous êtes passé, et où vous en êtes aujourd’hui. Cela pourra l’aider à garder espoir, et savoir qu’il y a un « après », qu’un jour ça ira mieux.

La plupart de ces recommandations peuvent s’appliquer directement à la crise mondiale du COVID-19 actuelle. C’est une période difficile, pour vous, pour nous, pour eux. Mais nous pouvons trouver du réconfort dans la certitude que même une crise comme le Coronavirus n’est pas une surprise pour Dieu.

Nous avons tous besoin d’un encouragement supplémentaire en ce moment, alors encouragez votre filleul aujourd’hui ! 

Si vous avez d’autres questions relatives aux coronavirus, vous pouvez vous rendre sur la Foire Aux Questions du SEL.

Pour aller plus loin

Voici d’autres articles en lien avec les correspondances parrains-filleuls :

3 comments

  • Super cela va m’aider à écrire mieux à mon filleul avec tous vos conseils.

  • Merci à vous pour ces conseils précieux et pistes de réflexions bien utiles ! Soyez bénie

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *