Haïti après l’ouragan Matthew : un an plus tard

L’ouragan Matthew est passé sur Haïti en octobre 2016. Les dégâts causés furent conséquents, et de nombreuses familles se retrouvèrent dans le besoin. Le SEL a ouvert un fonds d’urgence, afin de soutenir les actions de ses partenaires sur place, tels que Compassion Haïti.

Ces dernières semaines, nous avons été témoins des dégâts causés par le passage du cyclone Irma dans les Caraïbes. Vous nous avez rejoints dans la prière, tout comme vous l’aviez fait l’année dernière lorsque l’ouragan Matthew, une tempête de catégorie 4, avait frappé Haïti, emportant près de 1000 vies et causant presque 2 milliards d’euros de dégâts.

Votre compassion a restauré des vies

Après le passage de l’ouragan Matthew, vous avez répondu à notre appel en donnant plus de 216 000 € pour aider les personnes ayant perdu leurs maisons et leurs biens. Voici ce que Compassion Haïti, l’un de nos partenaires principaux, a fait avec les fonds qu’il a reçu du SEL ainsi que d’autres pays à travers le monde :

  • 20 950 kits de nourriture et d’hygiène ont été distribués à des familles
  • 12 000 enfants ont été pris en charge sur le plan médical dans une clinique mobile
  • 6 000 familles ont reçu une aide financière pour réparer leur maison et remplacer leurs biens perdus
  • 400 470 pastilles de purification d’eau ont été distribuées pour prévenir les maladies transmises par l’eau comme la typhoïde et le choléra, communs après une catastrophe naturelle
  • 10 000 enfants et parents ont pu participer à des activités et des séances de soutien post-traumatique
  • 3 650 enfants ont reçu des moustiquaires
  • 750 parents ont reçu un capital et des formations pour redémarrer leurs activités

Edgar Alcime, homme d’une soixantaine d’années habitant à Moinson (Haïti) raconte qu’il n’a jamais rien vu de tel que l’ouragan Matthew.

« Je n’ai jamais vu un ouragan aussi gros et aussi dévastateur de toute ma vie. Ça brise le cœur d’en voir les conséquences. La communauté s’est transformée en désert. »

La plupart des gens à Moinson sont agriculteurs. Ils dépendent de la nourriture qu’ils cultivent dans leurs champs et des animaux qu’ils élèvent. Mais les récoltes ont été détruites par l’ouragan.

« Sans le ministère de Compassion (partenaire du SEL), la situation aurait été chaotique pour beaucoup de familles » dit Edgar.

Plus forts qu’avant

Une des personnes ayant bénéficié de l’aide de compassion est Laudamene Claude. Laudamene a presque 60 ans mais c’est surtout elle qui pourvoit aux besoins de ses 3 grands enfants et de ses 3 petits-enfants qui vivent avec elle. Elle vend parfois des chaussures d’occasion dans la rue et s’occupe de sa petite ferme pour nourrir sa famille. Ses trois petits-enfants, Vanessa, Jean Vens et Cheika, font partie d’un programme de parrainage de Compassion Haïti (partenaire du SEL).
Laudamene a passé 5 ans à construire une maison pour sa famille. Mais l’ouragan n’a pris que quelques heures pour la détruire.
Sa famille est restée à l’intérieur pendant la plus grande partie de la tempête. Vanessa, la petite-fille de 16 ans, dit :

« La nuit de l’ouragan j’avais peur et j’ai perdu espoir. J’ai cru que nous allions tous mourir dans cet ouragan. J’ai pleuré jusqu’au lendemain matin. Aujourd’hui je suis contente car je suis de nouveau chez moi. »

« Je me suis effondrée lorsque j’ai vu les dégâts faits à la maison » dit Laudamene. « J’ai prié Dieu pour qu’Il nous aide et qu’Il entende nos cris. Compassion est venu, nous a donné à manger, à boire, des médicaments, du matériel et de l’argent pour réparer notre maison. L’ouragan a frappé lorsque nous n’avions pas d’argent disponible, mais Compassion était là. » Avec de l’aide, Laudamene a pu reconstruire sa maison pour qu’elle soit plus résistante qu’avant.

« Je suis heureuse et fière de retourner chez moi avec ma famille. Je me sens plus en sécurité sous ce toit car il est plus solide qu’avant. Je suis tellement reconnaissante pour ce que Compassion a fait pour moi. Je n’ai pas les mots pour exprimer ma reconnaissance. »

D’autres partenaires du SEL ont également contribué à la distribution de vivres, à la reprise des activités agricoles et de l’élevage familial.
La ville de Moinson et d’autres communautés commencent à reverdir. Les récoltes poussent de nouveau et la vie reprend son cours. Beaucoup de familles reconstruisent leur vie, et c’est grâce à vous !

MERCI.

 

Adapté d’un article du blog de Compassion Canada, écrit par Jeannot Chataigne.

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *