8 bonnes nouvelles concernant le développement de l’Afrique !

Le 25 mai a lieu la Journée mondiale de l’Afrique. On en présente souvent une vision pessimiste. Voici quelques éléments pour rééquilibrer le débat…

Quand on évoque l’Afrique, nombreux sont ceux qui pensent instinctivement aux famines, au virus Ebola ou encore au terrorisme… Tout ceci repose effectivement sur des faits mais peut-on résumer l’Afrique à cette réalité ? S’il faut rappeler que l’Afrique c’est 54 États pour autant de réalités et de contextes différents, on peut néanmoins essayer de dégager des tendances générales. Voici une liste non exhaustive de 8 bonnes nouvelles concernant le développement du continent. S’il ne faut pas tomber dans un afroptimisme crédule – car tout n’est pas non plus parfait – il y a néanmoins des raisons évidentes de se réjouir…

  1. Une baisse de la pauvreté.

Selon une récente étude de la Banque mondiale intitulée Poverty in a Rising Africa, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté aurait augmenté en Afrique. Le continent compterait « 330 millions de pauvres en 2012, contre 280 millions en 1990 ». Si cette situation s’explique par l’accroissement de la population, il ne faudrait pas non plus qu’elle cache les progrès réalisés. En effet, « le pourcentage d’Africains pauvres a [quant à lui bel et bien] chuté de 56 % en 1990 à 43 % en 2012 » !

  1. Des taux de croissance du PIB élevés.

Malgré la crise, les économies africaines sont en bonne santé et c’est généralement sur ce constat que se construisent les discours #afroptimistes. En effet, le PIB africain connaît une importante croissance depuis 2001. Globalement, « presque toutes les régions ont multiplié par deux leur taux de croissance annuel du produit intérieur brut (PIB) par personne employée depuis 2001 ».

  1. D’importantes ressources naturelles.

Si dans son ensemble la population africaine n’est pas riche, à l’inverse son sous-sol l’est. En effet, l’Afrique détiendrait « le tiers des réserves minières mondiales et une majorité de terres arables non encore exploitées ». Les ressources naturelles sont donc un avantage non négligeable pour les pays du continent mais encore faut-il qu’ils soient en mesure d’en tirer tout le bénéfice…

  1. Une croissance démographique dynamique.

Selon un récent rapport de l’Unicef, « un quart de la population mondiale vivra en Afrique d’ici 2050 ». En conséquence, la population du continent va continuer de rajeunir, la consommation va fortement augmenter… Cette forte croissance démographique peut alors être un véritable atout pour l’Afrique si elle est bien anticipée et orientée.

  1. Une tendance à la baisse du VIH/sida et du paludisme.

S’il est vrai que l’Afrique compte plus de la moitié des cas et des taux de mortalité associés au VIH/sida, au paludisme et à la tuberculose dans le monde, il y a pourtant de grandes avancées qui ont été accomplies dans ce domaine. Pour ne garder qu’un chiffre : on estime qu’en Afrique subsaharienne le nombre des nouvelles infections à VIH a chuté de 41 % entre 2000 et 2014.

  1. D’impressionnants progrès dans la réduction de la mortalité infantile.

L’Afrique subsaharienne est la partie du monde où le taux de mortalité infantile est le plus élevé. Néanmoins, c’est aussi la région qui a connu la diminution absolue de sa mortalité infantile la plus importante au cours des deux dernières décennies : « le taux de mortalité des moins de cinq ans y est passé de 179 décès pour 1 000 naissances vivantes en 1990, à 86 décès en 2015 ».

  1. Une amélioration des taux nets de scolarisation.

Croissance rapide de la population en âge d’aller à l’école primaire, pauvreté, conflits… L’Afrique fait face à des défis colossaux pour assurer l’Éducation pour tous, le programme de l’UNESCO. Malgré tout, « l’Afrique subsaharienne a réalisé les plus grands progrès en termes de scolarisation dans l’enseignement primaire parmi toutes les régions en développement ». Son taux de scolarisation est passé de 52 % en 1990 à 78 % en 2012. Mais il faut veiller à ce que ces bons résultats quantitatifs ne se fassent pas au détriment de la qualité de l’enseignement.

  1. Une utilisation accrue des nouvelles technologies.

Un autre indicateur du dynamisme de l’Afrique se retrouve dans l’essor considérable que connaissent les nouvelles technologies sur le continent. Les innovations ont été importantes ces dernières années et elles n’ont pas manqué de révolutionner le quotidien de bon nombre d’africains. « Alors qu’il n’y avait en 1990 que quatre pays africains à faire état d’abonnements cellulaires mobiles, tous les États africains disposent d’abonnements mobiles depuis 2013 ».

Relativisant les discours afropessimistes qui relayent l’idée que le développement de l’Afrique ne décollera jamais, ces 8 bonnes nouvelles sont autant de raisons qui doivent nous permettre de développer un regard plus juste sur l’Afrique et sur le monde qui nous entoure.

One comment

  • Merci, NIcolas , pour ces bonnes nouvelles générales!
    étant en RCA actuellement je vois beaucoup de vitalité, malgré les effets visibles de la guerre, mais un niveau de développement extrêmement en retard sur le nôtre. Classes de 100 élèves sans tables, avec des bancs, sans ardoises, tableaux si usés qu’il est difficile de lire, absence de lumière dans les salles, bâtiments vétustes, coupures d’électricité fréquentes, coupures d’eau, absence de gaz, et inflation énorme… Mais les relations humaines sont bien supérieures à ce qu’on a en Europe! communication réflexion approfondie , désir d’être ensemble et personne scothé à un écran! on revit!!

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *