Si l’eau n’est pas propre, comment vivent-ils ?

Cette question est pertinente d’autant qu’aujourd’hui 1 personne sur 3 en Afrique n’a toujours pas accès à l’eau potable ! Découvrez la réponse apportée par les partenaires du SEL qui se mobilisent jour après jour pour lutter contre cette injustice.

Disposer de toilettes, de lavabos, d’eau potable est un bienfait. C’est une richesse, un don que nous avons tendance à oublier, considérant toutes ces choses comme acquises. À l’inverse, pour les plus pauvres, l’eau est malheureusement un trésor trop rare, quand elle n’est pas insalubre.

Des conséquences multiples

« La situation de ce village était déplorable du point de vue sanitaire : le manque de latrines publiques nous affectait. » Mawulolo Akpakli, bénéficiaire de l’action du partenaire chrétien local du SEL au Togo (ADSPE).

Consommer régulièrement de l’eau impure, ne pas avoir de toilettes, ne pas appliquer les règles d’hygiène de base a des conséquences inévitables sur la santé de l’être humain. Cela provoque diarrhées, fièvre typhoïde, maladies hydriques…

Or, un enfant malade ne va pas à l’école, un parent souffrant ne peut pas travailler, le peu de revenu est dépensé en frais médicaux, etc. Quand un village entier n’a pas accès à de l’eau propre et à des sanitaires c’est, au final, toute la communauté qui est fragilisée.

Et quand l’eau est loin, le problème s’accentue. Dans le meilleur des cas, il s’agit de parcourir 4 km. Mais cela signifie qu’un enfant qui va chercher de l’eau ne va pas à l’école ou y arrive en retard. Quant à la femme, ce temps pourrait être utilisé pour travailler. Encore une fois, c’est l’éducation des enfants et le revenu familial qui en souffrent.

Des solutions possibles

Les partenaires chrétiens locaux du SEL en Afrique oeuvrent pour lutter concrètement contre les conséquences du manque d’eau et d’installations sanitaires. Leur but : offrir au maximum de personnes de meilleures conditions de vie leur permettant d’être en bonne santé, de gagner du temps et d’augmenter le revenu familial.

Pour atteindre cet objectif, nos partenaires mettent donc en place :

  • des latrines en bon état, facilement accessibles pour les hommes et les femmes,
  • des points d’eau proches, simples à entretenir et pensés pour durer le plus longtemps possible,
  • des règles d’hygiènes à appliquer, pour faire reculer les contaminations,
  • des comités de gestion en charge de l’entretien des installations, pour des communautés responsabilisées.

Grâce à l’action de nos partenaires locaux, l’eau n’est plus l’ennemie des enfants et des familles mais l’alliée du développement de toute la communauté.

« À l’heure actuelle, ma famille et moi-même ne sommes plus victimes de boire l’eau impure. Bye, les maladies diarrhéiques chez nos enfants ! » Suzanne, bénéficiaire du projet d’AVOLAR, partenaire chrétien du SEL en RD Congo.

Oui, l’eau est une bonne chose, précieuse et indispensable à chaque homme : Dieu l’a voulu ainsi. En nous aidant aujourd’hui, vous offrez à des familles pauvres la possibilité de recevoir ce don : une eau propre et accessible.

bouton projets eau

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *