10 lois de l’Ancien Testament qui visent à protéger les pauvres

L’Ancien Testament contient de nombreuses lois souvent mal-connues. Il est intéressant de noter qu’un certain nombre d’entre elles visent à protéger les pauvres. Voici quelques-unes de ces dispositions…

Lois de l'Ancien Testament

L’Ancien Testament retrace la façon dont Dieu s’est choisi un peuple – Israël – et dont il s’est progressivement révélé à lui. Parmi les commandements qu’il lui a communiqués, il est intéressant de noter qu’un certain nombre d’entre eux visent à protéger les pauvres. L’aide aux plus démunis ne dépend donc pas du bon vouloir des personnes. La loi divine en fait une obligation !

Lévitique 25.35 : « Si ton prochain qui vit près de toi s’appauvrit et tombe dans la misère, tu lui viendras en aide, même s’il est étranger ou immigré, afin qu’il survive à côté de toi. »

L’Ancien Testament ne se méprend pas sur les conséquences du péché dans le monde. On peut y lire que malgré les efforts mis en place « il y aura toujours des nécessiteux dans le pays » (Deutéronome 15.11). L’objectif de la loi est alors de garantir aux plus démunis d’avoir des possibilités de s’en sortir et ainsi d’éviter que les israélites soient enfermés définitivement dans la pauvreté !

En effet, l’une des caractéristiques de la pauvreté c’est qu’elle plonge celui qui en est victime dans une spirale négative. Une personne démunie manque non seulement de moyens pour vivre mais aussi pour se libérer de ces contraintes. La loi de l’Ancien Testament cherchait alors à y remédier de différentes façons. Voici quelques-unes de ses dispositions…

  • Les pauvres doivent être aidés.

Deutéronome 15.7 : « Si l’un de tes compatriotes tombe dans la pauvreté dans le pays que l’Eternel ton Dieu te donne, tu ne lui fermeras pas ton cœur et tu ne lui refuseras pas ton aide. »

Voir aussi Lévitique 25.35.

  • Les pauvres doivent pouvoir glaner dans le champ.

Cueillette

Lévitique 19.9-10 : « Quand vous ferez les moissons dans votre pays, tu ne couperas pas les épis jusqu’au bord de ton champ, et tu ne ramasseras pas ce qui reste à glaner. De même, tu ne cueilleras pas les grappes restées dans ta vigne et tu ne ramasseras pas les fruits qui y seront tombés. Tu laisseras tout cela au pauvre et à l’immigré. Je suis l’Eternel, votre Dieu. »

Voir aussi Deutéronome 24.19.

  • Les pauvres ne doivent pas être exploités par leur employeur.

Deutéronome 24.14 : « Tu n’exploiteras pas l’ouvrier journalier qui est d’humble condition ou pauvre – qu’il s’agisse d’un Israélite ou d’un immigré habitant chez toi dans ton pays. »

  • Les pauvres ne doivent pas avoir à payer d’intérêts en cas de prêts.

Exode 22.24 : « Si tu prêtes de l’argent à un membre de mon peuple, à un pauvre qui est avec toi, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier, tu n’en exigeras pas d’intérêts. »

Voir aussi Lévitique 25.36-37.

  • Les pauvres doivent pouvoir recouvrer leur liberté au bout de six ans.

Deutéronome 15.12 : « Si l’un de tes compatriotes hébreux, homme ou femme, se vend à toi comme esclave, il sera à ton service pendant six ans. La septième année, tu lui rendras la liberté. »

  • Les pauvres doivent être payés au moment convenu.

Deutéronome 24.15 : « Tu lui donneras son salaire chaque jour avant le coucher du soleil, car étant pauvre, il attend sa paie avec impatience ; sinon il en appellerait à l’Eternel contre toi et tu porterais la responsabilité d’un péché. »

Voir aussi Lévitique 19.13.

  • Les pauvres ne doivent pas être dépouillés de leur nécessaire.

ExploitéExode 22.25-26 : « Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil, car c’est là sa seule couverture ; autrement, dans quoi s’envelopperait-il pour dormir ? S’il crie vers moi, je l’écouterai, car je suis compatissant. »

Voir aussi Deutéronome 24.10-13.

  • Les pauvres doivent pouvoir retrouver le patrimoine de leurs ancêtres lors du jubilé.

Lévitique 25.25-28 (SG21) : « Si ton frère devient pauvre et vend une portion de sa propriété, celui qui a le droit de rachat, son plus proche parent, viendra et rachètera ce qu’a vendu son frère. Si quelqu’un n’a personne qui ait le droit de rachat et qu’il se procure lui-même de quoi faire son rachat, il comptera les années depuis la vente, remboursera la différence à l’acheteur et retournera dans sa propriété. S’il ne trouve pas de quoi lui faire ce remboursement, ce qu’il a vendu restera entre les mains de l’acheteur jusqu’à l’année du jubilé ; lors du jubilé, il retournera dans sa propriété et l’acheteur en sortira. »

  • Les pauvres doivent bénéficier de la même justice que les riches.

Exode 23.6 : « Ne fausse pas le cours de la justice aux dépens du pauvre dans un procès. »

Voir aussi Deutéronome 1.17 et Deutéronome 27.19.

  • Les pauvres doivent aussi être au bénéfice de l’année de la remise des dettes.

Deutéronome 15.9 : « Garde-toi bien de nourrir dans ton cœur des pensées mesquines et de te dire : « C’est bientôt la septième année, l’année de la remise des dettes » et, pour cette raison, de regarder ton compatriote pauvre d’un mauvais œil sans rien lui donner. Car alors, il se plaindrait de toi à l’Eternel et tu porterais la responsabilité d’une faute. »

Les lois de l’Ancien Testament sont bien souvent mal connues. Elles nous en disent pourtant beaucoup sur Dieu et sur ce qu’il attend de ceux qui le suivent. Si cette liste de dispositions témoigne du souci intemporel à accorder aux plus démunis, il reste encore à voir dans quelle mesure elles sont transposables dans le contexte de l’Église et de la nouvelle alliance.

Poursuivre la réflexion avec l’article : Au fait, la pauvreté : qu’en dit la Bible ?

One comment

  • je suis en Nouvelle Calédonie et notre église évangélique libre de Nouvelle-Calédonie et des îles loyauté, nous œuvrons pour les plus démunis notre association s’appelle « verre d’eau »

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *