Lumière sur : les maladies hydriques

Aujourd’hui, les maladies hydriques sévissent dans le monde, emportant 4 millions de personnes par an. Faisons la lumière sur ces maladies et découvrez comment les partenaires chrétiens locaux du SEL mettent en œuvre des projets Eau et Assainissement afin de lutter contre ce fléau.

Choléra, hépatite, typhoïde, poliomyélite, bilharziose, amibiase. Ces termes barbares plus ou moins connus au bataillon ont tous un point commun : ils font parties de la famille des maladies hydriques – maladies liées à la consommation ou au contact physique avec une eau impure.

Comment l’eau peut-elle devenir si impure ?

Une seule et même source est utilisée pour la lessive, la vaisselle, les ablutions personnelles. Cette eau accueille également des déchets humains, des défections animales ou des substances chimiques. Par conséquent, l’eau devient tout bonnement insalubre ; elle est contaminée.

Or, c’est cette eau que les villageois boivent, encore cette eau dans laquelle les enfants jouent, les hommes et les femmes pêchent ou se lavent. Une eau parfois remplie de petits parasites qui s’infiltrent dans le corps de l’être humain provoquant généralement diarrhées aigües, douleurs intestinales, vomissements, fièvres, déshydratation… Les conséquences peuvent s’avérer fatales.

Sylvain, bénéficiaire d’un projet financé par le SEL, se souvient  :

« Avant le début du projet, les membres de ma famille déféquaient dans les champs voisins. Au retour des toilettes, personne ne se lavait les mains. Après le balayage, nous déversions les ordures près de nos cases avec pour conséquences le pullulement des moustiques et des mouches. Les détritus d’animaux étaient aussi jetés non loin des maisons. »

Ces maladies s’avèrent être un vrai fléau pour les populations surtout si l’on tient compte qu’aujourd’hui, 1 personne sur 4 dans le monde consomme encore de l’eau non potable ; 1 personne sur 3 ne dispose pas d’une installation d’assainissement appropriée. Les enfants y sont d’autant plus sensibles que leur corps est encore en plein développement et, par conséquent, plus fragile.

Comment briser ce cercle vicieux?

Voilà le défi universel que se sont lancés les chefs d’états membres de l’ONU (Organisation des Nations-Unies) en signant les ODD (Objectifs de Développement Durable), en Octobre 2015. Un des objectifs est, en effet, de garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et d’assurer une gestion durable des ressources en eau.

La lutte contre les maladies hydriques – par l’aménagement de sources, la construction de latrines, les forages et la sensibilisation – rentre donc parfaitement dans ce programme. Le travail des partenaires chrétiens locaux du SEL participe pleinement à atteindre cet objectif.

« Tout ce que le lavage des mains fait comme bien, on ne peut pas le voir. Mais quand on pense aux mains et à tout ce qu’elles touchent, [se les laver] nous évite beaucoup de maladies. » Okeu Gbeada, bénéficiaire.

Depuis 25 ans, beaucoup de progrès ont été réalisés. Mais il n’est pas question de relâcher nos efforts : le besoin est encore grand !

Les projets Eau et Assainissement vous intéressent ?

en savoir plussoutenir ces projets

 

 

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *