Mais qui est Jean-Yves Patrick ?

Jean-Yves a 23 ans et vit au Burkina Faso. S’il peut être aujourd’hui étudiant en Géographie, c’est grâce au parrainage qui a changé sa vie. Du 29 septembre au 15 octobre, il vient en France partager son expérience avec vous et sera accompagné de Samuel Korgo, pasteur et ancien directeur de centre d’accueil d’enfant parrainés.

Retrouvez en avant-première, une partie de son témoignage.

Jean Yves Patrick Tournée Parrainage 2018

SEL : Bonjour Jean-Yves, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Jean-Yves Patrick. Je vis avec ma grand-mère, mon oncle et mes cousins, en « grande-famille ». Quand j’étais petit, ma maman et mon père ne vivaient pas ensemble. Ma maman m’a alors amené chez mes grands-parents. Je l’ai perdue à l’âge de 13 ans.

Quand as-tu été parrainé et qu’est-ce que cela a changé pour toi ?

J’avais 7 ans quand je suis rentré au centre d’accueil. Je fréquentais l’église et via ma grand-mère, on a appris qu’il y avait cette possibilité d’être enregistré au centre.

Beaucoup de choses ont changées depuis que je suis au centre. Premièrement j’ai appris l’amour d’autrui. J’ai aussi rencontré des amis, c’est comme une famille. Je me sens aussi à l’abri, même si je suis en dehors de ma maison.

Beaucoup de choses ont changées aussi dans mon caractère : avant je ne m’entendais pas très bien avec les amis du quartier et je suivais pas mal d’amis bizarres qui s’adonnaient à des pratiques juvéniles, la délinquance parfois. Mais dès que je suis allé à l’église, j’ai pris mes distances. Ils me demandent parfois où je suis, et souvent je suis à l’église.

Parle-nous un peu de ton parrain ?

Mon parrain est des Etats-Unis, il s’appelle Peter. Dans ses lettres il ne cesse de me dire de me confier toujours plus en Jésus, de travailler très dur pour réussir dans la vie, car il faut se battre pour s’en sortir. Ses conseils m’aident beaucoup.

Un jour, il m’a dit : « Mon ami, je te soutiens, dans la prière et au niveau matériel, verbal; je te soutiendrai toujours. » Et là je me suis senti vraiment considéré. Je voyais dans ces phrases l’amour qu’il me porte réellement.

Tu es aujourd’hui étudiant, comment en es-tu arrivé là ?

A un moment donné j’ai eu des problèmes financiers : on a été chassés de l’école car on ne pouvait pas payer. Je suis venu au centre et j’ai posé mon problème. Ils m’ont écouté, ont transmis l’info et j’ai eu gain de cause. Sans le centre d’accueil, je n’aurais pas pu terminer l’année scolaire, mais ils m’ont assisté.

J’ai eu mon bac en 2017. J’ai opté pour la géographie, pour me spécialiser ensuite en géologie. J’espère devenir géologue !

Tu es toujours parrainé, mais tu fais partie des grands enfants du centre d’accueil. Est-ce que tu aides ?

Au centre, si « les tontons » en ont besoin, j’aide à imprimer par exemple, faire des choses au niveau informatique, j’aide à la reliure des documents de mes camarades, la constitution des dossiers des enfants, des tout-petits, les nouveaux qui viennent d’arriver. Je m’occupe parfois des courses.

Un mot pour conclure sur le parrainage ?

Si je peux parrainer, je le ferais avec bon cœur. Je vais d’abord commencer au pays et si ça s’améliore, je veux étendre mon bras.


Jean-Yves Patrick sera en France du 29 septembre au 15 octobre ! Il viendra accompagné de Samuel Korgo, pasteur et ancien direct de centre d’accueil au Burkina Faso.

 

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *