Portrait [5/25] : Pierre Valdo (1140-1206)

Histoire – Chaque semaine, découvrez une personnalité chrétienne engagée dans l’action sociale et en quoi son récit a encore à nous apprendre aujourd’hui !

Pierre Valdo est une figure mystérieuse de l’histoire de l’Église. Considéré comme l’un des précurseurs de la Réforme, nous ne connaissons finalement que peu de choses de sa vie. Si ses dates de naissance (1140) et de mort (1206) sont des suppositions, son nom même est l’objet d’âpres débats. Dénommé vraisemblablement Valdès ou Vaudès (Valdesius en latin), son prénom Pierre ne lui a été attribué qu’a posteriori pour insister sur son rôle fondateur dans le mouvement, à l’image de la place que la tradition a accordé à l’apôtre Pierre dans l’Église catholique romaine.

***

Même si nous n’avons pas véritablement d’indications quant à ses origines, il semblerait que Pierre Valdo arrive à Lyon autour de 1155. Marchand de profession, ses affaires vont bon train et il devient en quelques années l’un des plus riches bourgeois de la cité.

C’est vers 1170 environ que sa vie bascule. Vraisemblablement, la mort subite de l’un de ses amis lui fait prendre conscience de la fragilité de la vie. Dès lors, l’idée de la mort s’impose à lui et il se met en quête de réponses.

Rencontrant un chanoine, Pierre Valdo lui aurait demandé quel était le chemin le plus sûr pour avoir la vie éternelle. Celui-ci lui aurait alors répondu en citant la parole de Jésus que l’on retrouve au verset 21 du chapitre 19 de l’Évangile de Matthieu : « Si tu veux être parfait, va vendre ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel. »

Pour Pierre Valdo, c’est une révélation et il va littéralement appliquer ce passage des Écritures. Il vend tous ses biens et, après avoir veillé à subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants, il distribue l’ensemble de ses ressources aux plus pauvres.

Vivant d’aumônes, Pierre Valdo s’applique également à faire traduire en langue vulgaire un certain nombre de textes bibliques qu’il va ensuite étudier. Déterminé, il ne s’arrête pas là mais il va commencer à prêcher dans les rues alors même qu’il est un laïc, c’est-à-dire qu’il n’appartient pas au clergé. Ce qui est révolutionnaire pour l’époque !

Sa démarche rencontre un certain succès et quelques personnes vont le suivre. Pierre Valdo va alors pouvoir concrétiser son idéal, à savoir : former une communauté semblable à celle des premiers disciples du Christ ! Je le cite : « Notre but est de ramener l’Église à ses sources primitives, de vivre et de faire vivre le christianisme des premiers siècles. » C’est ainsi que naît le mouvement des « Pauvres de Lyon ».

Seulement, si son entreprise ne laisse pas indifférent, elle commence aussi à susciter de l’opposition. Au début favorable, l’Église s’inquiète progressivement de la remise en question que peut susciter la prédication de Pierre Valdo en ce qui concerne le sacerdoce universel des croyants, la place de la tradition ou encore son insistance sur la vie de pauvreté.

Après quelques mises en garde, Pierre Valdo va finalement être excommunié à la suite du concile de Vérone autour de 1184. Lui et ses amis sont chassés de Lyon et ils se dispersent dans les régions environnantes, notamment dans les hautes vallées des Alpes françaises et italiennes. Enfin, la persécution les frappe mais un mouvement est né : « les vaudois » !

***

Souvent comparé à François d’Assise dont l’histoire est proche et qu’il a précédé de quelques années, Pierre Valdo se démarque néanmoins par sa fidélité première au texte biblique au risque de se mettre à dos l’Église comme en témoigne son excommunication. Refusant d’obéir à l’interdiction qui lui aurait été faite de cesser son activité, Pierre Valdo aurait cité la parole de Pierre devant le sanhédrin (Actes 4.19) :

« Jugez-en vous-mêmes : est-il juste devant Dieu de vous obéir, plutôt qu’à Dieu ? »

Sources :

GONNET Giovanni, Pierre Valdo ou Vaudès de Lyon, Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, avril-mai-juin 1980, p.247-250.

HUGON DE TORRE PELLICE Auguste-Arnaud, Pierre Valdo, précurseur de la Réforme et les Vaudois, Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, avril-mai-juin 1977, p.300-305.

KUEN Alfred, Un Réformateur du XIIe siècle : Pierre Valdo, in Ichtus n°47-48, 1974, p.8-12 et 21-23.

TOURN Giorgio, Pierre Valdo et les Vaudois, Olivétan, 2010.

Bannière portraits

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *