Parole de Jésus n°5 : « Vends tout, et donne l’argent aux pauvres »

Les évangiles rapportent 6 paroles de Jésus à propos des « pauvres ». Dans cette série, différents auteurs proposent des pistes de réflexion sur ces passages.

Les évangiles rapportent 6 paroles de Jésus à propos des « pauvres ». Dans cette série, différents auteurs proposent des pistes de réflexion sur ces passages. Ce texte a été écrit par Nicolas Fouquet, chargé de mission « éducation au développement » au SEL.

« Si tu veux être parfait, va vendre ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens et suis-moi. » – Matthieu 19.21 (SG21)

Ce passage se retrouve également dans les évangiles de Marc et Luc dans des termes qui sont sensiblement les mêmes. Cette réponse, Jésus la formule à un jeune homme riche qui lui demande ce qu’il doit faire pour obtenir la vie éternelle. La question que l’on peut se poser est la suivante : Est-ce que cette interpellation s’adresse uniquement à l’interlocuteur de Jésus ou bien s’adresse-t-elle à nous aussi ?

Vers une pauvreté volontaire ?

Si la question peut se poser en ces termes, c’est non seulement parce que nous pouvons nous aussi nous demander comment obtenir la vie éternelle mais également parce que certaines personnes dans l’histoire de l’Église ont appliqué littéralement ce texte des Écritures. C’est ainsi qu’au XIIe siècle un marchand lyonnais du nom de Pierre Valdo se sépare de tous ses biens à la suite de sa conversion et fonde le mouvement des « Pauvres de Lyon ». Il fait de la pauvreté volontaire l’un des piliers de la vie chrétienne et d’autres ordres religieux en feront autant par la suite.

Plus qu’une question d’argent

Si la Bible indique que certaines personnes ont un appel spécifique à une vie de pauvreté, elle ne fait pas pour autant du renoncement total aux possessions matérielles le chemin à suivre pour tous, ni même pour la plupart. L’apôtre Paul souligne ainsi qu’un tel comportement peut même être vain : « Et si je distribue tous mes biens aux pauvres, si même je livre mon corps aux flammes, mais que je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien » (1 Corinthiens 13.3). Par ailleurs, plusieurs figures bibliques présentées comme riches n’ont pas été empêchées de s’approcher de Dieu. C’est le cas par exemple de Joseph d’Arimathée (Matthieu 27.57), de Nicodème (Jean 19.39), ou encore de « plusieurs femmes de la haute société » (Actes 17.4)… S’il est difficile aux riches d’entrer dans le royaume de Dieu (v.23), par la grâce de Dieu, ça ne leur est pas pour autant impossible !

Révéler l’idolâtrie

En formulant cette réponse, Jésus ne propose pas ultimement un salut par les œuvres au jeune homme riche (« vends tes possessions et tu auras la vie éternelle ») mais il l’amène à s’interroger sur ce qui l’empêche de le suivre. Le renoncement à ses biens est ce qui constitue pour cet individu l’obstacle à son salut. Finalement, ce qu’il possède le possède et il préfère faire demi-tour (v.22) plutôt que marcher à la suite du Christ ! Par cette déclaration, Jésus teste aussi la sincérité du jeune homme. Celui-ci affirme péremptoirement avoir gardé tous les commandements (v.20) mais aurait-il pu être aussi riche s’il avait réellement et concrètement aimé son prochain ? Le fait de partager généreusement et d’agir avec justice n’aurait-il pas dû le conduire à un niveau de possessions moins élevé ?

Et pour moi ?

Plutôt que de nous inciter à vendre l’ensemble de nos biens, ce passage nous invite à réfléchir plus largement à ce qui constitue un obstacle dans notre relation à Dieu. Comme pour le jeune homme de notre texte, il pourrait s’agir de nos richesses mais ça peut tout aussi bien être notre réputation, notre carrière ou bien encore notre famille.

Veillons néanmoins à ne pas trop rapidement écarter le sujet de l’argent. Dans son ouvrage intitulé Les idoles du cœur (p.60-61), Tim Keller met ainsi en garde ses lecteurs dans le chapitre qu’il consacre aux possessions matérielles : « Jésus nous avertit bien plus souvent des dangers liés à la cupidité que de ceux qui sont liés au sexe. Pourtant, presque personne ne pense être âpre au gain. Nous devrions tous partir du principe que ‘ceci est peut-être un problème dans ma vie’ ».

Et si nous nous engagions dans cette voie, ce pourrait aussi être une belle occasion pour nous de faire du bien à des personnes vulnérables. Si Jésus mentionne de donner l’argent aux pauvres, ce n’est sûrement pas anodin et il y a là un écho aux nombreux autres enseignements qu’il apporté !

Pour aller plus loin : Retrouvez les premiers articles de cette série…

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *