Soutenues, elles gagnent en assurance !

Il y a comme un vent de renouveau dans la commune de Lemba Imbu, au sud de Kinshasa. Grâce au partenaire local du SEL, les femmes prennent de l’assurance et découvrent le potentiel qui sommeillait en elles : devenir des actrices du développement de leur communauté.

Dans certaines régions du monde, être née femme relève du défi. Les filles sont rarement envoyées à l’école, étant plus utiles à la maison. Une fois mariées, elles vivent aux dépends de leur époux sans avoir vraiment leur mot à dire. Peu considérées et valorisées, elles manquent de confiance et d’estime d’elles-mêmes.

Découvrir que l’on a de la valeur

Aux yeux du PADERU (Programme d’Appui au Développement Rural et Urbain), partenaire chrétien du SEL en République démocratique du Congo, les femmes ont de la valeur et la capacité d’aider leur famille à sortir de la pauvreté.

Premières bénéficiaires des programmes de microfinance, ces prêts de petits montants – qu’elles rembourseront ensuite – leur permettent de développer leur propre activité génératrice de revenus dans des secteurs aussi divers que l’agroalimentaire, le commerce ou l’artisanal. Pour avoir toutes les chances de réussir, elles bénéficient d’une formation au micro entreprenariat et sont organisées en petits groupement de 5. Cela leur permet d’échanger idées et expériences et de s’encourager mutuellement.

Mais, bien au-delà du microcrédit, le projet aide ces femmes à gagner en assurance. Maman Micheline témoigne :

« Grâce au programme, je suis valorisée. Depuis que j’ai bénéficié d’un prêt, je suis considérée. Lorsqu’un problème se pose à la maison et que mon mari est absent, c’est maintenant à moi qu’on s’adresse. […] Ce programme a vraiment changé ma position et nos relations dans la famille. »

Maman Philo, quant à elle, explique que, depuis le projet, elle a acquis une certaine autorité et que son mari l’écoute.

Devenir autonome et sortir de la pauvreté

En se voyant octroyer un prêt, ces femmes ont pris conscience qu’elles étaient capables d’être autonomes et de générer des revenus.

Maintenant, elles assument les dépenses scolaires et de santé, envoient leurs filles à l’école : elles aident concrètement leur famille à sortir de la pauvreté. Le regard qu’elles portent sur elles-mêmes a positivement changé et, par répercussion, le regard que leur entourage leur porte. Ces femmes entrepreneures sont désormais respectées et influentes.

Un petit coup de pouce, c’est juste ce qu’il faut pour permettre à ces femmes de gagner en confiance et s’épanouir !

 

En savoir plus sur les projets Microcrédits du SEL

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *