Témoignage d’une marraine

Murielle est engagée avec le SEL depuis un an pour parrainer Mélania, une petite fille du Nicaragua. Elle nous fait part aujourd’hui de son témoignage en tant que marraine, du rôle qu’elle peut jouer dans la vie de cette petite fille, et ce que ça lui apporte également au quotidien.

Pourquoi le parrainage ?

« Je suis née dans une famille chrétienne. J’ai 4 frères et sœurs. J’ai toujours vu mes parents vivre leur foi d’une manière très active tant par leur engagement dans l’église que par leur disponibilité pour les autres. Nous avons vécu avec des moyens modestes mais nous n’avons jamais manqué d’amour. Cela a influencé mon caractère, ma vision de la vie quant à la gestion de l’argent, le regard sur les autres, toutes ces choses qui font partie intégrante de la vie du chrétien, à mon sens.

Je fréquente l’Eglise Évangélique Libre à Meulan en Yvelines (78). Nous avons plusieurs personnes qui sont engagées pour le SEL. Des parrainages sont régulièrement proposés. Deux personnes (Claudine et Jacques MILLE – qui sont délégués du SEL dans l’Église de Meulan) m’ont partagé à plusieurs reprises leur expérience (eux-mêmes ont et parrainent plusieurs enfants). Claudine a insisté sur le fait que le parrainage change radicalement la vie de l’enfant du fait qu’il peut suivre une scolarité et fréquenter un lieu où on lui parle de l’évangile. Eux-mêmes ont visité certain(e)s de leurs filleul(e)s. Ce témoignage m’a touché car je parlais depuis un moment à mon mari du parrainage.

Peu de temps après, une proposition de quatre enfants à parrainer a été proposé au culte. Lorsque j’ai entendu le nom de Mélania (ma filleule), j’ai senti quelque chose dans mon cœur, et dès que j’ai vu son visage, je savais que c’était elle que je devais choisir.

Quels genres d’échanges as-tu avec ta filleule ?

Je parraine Mélania depuis une année, elle a aujourd’hui 5 ans. J’ai reçu une autre photo d’elle et je suis heureuse de voir combien elle a déjà grandi. Nos échanges sont simples, elle coche des cases sur des imprimés et elle m’écrit un petit mot. Elle me partage ce qu’elle aime faire : je sais qu’elle aime chanter, jouer au ballon; elle aime aussi qu’on lui parle de Jésus. Même si ses lettres sont courtes, je suis à chaque fois très contente de recevoir de ses nouvelles et cela m’aide à prier pour elle. Elle n’est pas encore scolarisée, elle est en 2ème année périscolaire (l’équivalent chez nous d’une crèche ou garderie, classe avant le CP). Je n’attends pas à ce qu’elle m’écrive une grande lettre, je sais que les moyens ne sont pas les mêmes que pour nous, leur vie est une lutte quotidienne semée de bien des embûches qui sont pour nous si lointains (voire inexistants), les difficultés matérielles, d’eau, l’insécurité. Les petits détails que je découvre, que j’apprends sur elle et sa famille me réjouissent. Dernièrement elle m’a demandé de prier pour son papa qui est parti de la maison. J’ai pu sentir son chagrin et je lui ai parlé de Jésus comme d’un ami, d’un père qui prendra toujours soin d’elle. Je me suis engagée à prier pour son papa. Je sens dans sa manière de m’écrire qu’il y a une certaine confiance qui s’établit et je remercie Dieu de m’avoir guidée vers elle.

Je demande à Dieu de me donner l’humilité parce que c’est lui qui a fait de cette relation une véritable opportunité de partager, d’apprendre à connaître un enfant qui vient d’une autre culture. Je lui demande aussi de la respecter dans sa façon d’être, de penser même si elle est différente de la mienne. Je n’attends rien en retour, même pas un merci et pourtant sa lettre est remplie à chaque fois, elle n’oublie jamais de me dire qu’elle pense à nous, qu’elle nous aime pour ce que nous faisons pour elle. Quelle générosité pour une enfant de 5 ans !

Quel est d’après toi l’impact de ce parrainage ?

Premièrement, je peux dire aujourd’hui que cette expérience change ma vie et que Mélania fait partie intégrante de mes pensées, de mes prières, de mon souhait de l’aider pour qu’elle devienne une jeune fille qui pourra plus tard s’épanouir en exerçant un métier qu’elle aura choisi et qui fera d’elle une personne responsable et bien intégrée dans sa société.

La deuxième chose la plus importante est que par ce biais du parrainage, elle a l’occasion d’être enseignée et d’entendre parler de Jésus. Ma prière au quotidien c’est qu’elle vive la rencontre personnelle avec son sauveur et qu’elle lui donne son cœur. »

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *