Tournée parrainage 2019 : qui est Carlo Jay ?

Carlo Jay vient fin septembre et début octobre pour nous parler de l’impact qu’a eu le parrainage sur sa vie.

Il arrive ! Carlo Jay, jeune Philippin de 23 ans, passionné par Jésus et diplômé en communication, vient nous rendre visite cet automne dans le cadre de la tournée parrainage du SEL. C’est un ancien enfant parrainé qui travaille aujourd’hui pour le bureau philippin de Compassion, le partenaire du SEL pour le parrainage d’enfants. Son rêve : se battre pour les droits des plus démunis. Vous avez envie d’en apprendre plus sur lui et son parcours ? Vous êtes au bon endroit !

Une enfance difficile

En lisant ces quelques lignes, qui aurait pu imaginer l’histoire difficile du jeune homme ? À le voir aujourd’hui si souriant, plein d’entrain et communicatif, on a du mal à croire qu’il ait pu être un petit garçon renfermé, rejeté et à la recherche de son identité.

Pourtant, Carlo Jay a bel et bien subi une telle transformation. Alors qu’il n’était qu’un bébé dans le ventre de sa mère, son père a quitté la maison. Cet abandon a eu de lourdes conséquences sur le petit garçon qui se sentait indigne d’être aimé, détestait son père, et se posait mille questions.

Un village côtier aux Philippines

À l’école, la timidité de Carlo Jay lui valut d’être la risée de tous ses camarades, qui se moquaient constamment de lui. Il appréhendait la fête des pères, parce qu’on lui demandait d’écrire une lettre pour son papa.

Je faisais semblant d’écrire, puis je voyais tous mes camarades heureux d’aller offrir leurs cartes à leurs pères, alors que moi, je n’avais personne à qui la donner.

La mère de Carlo Jay, dévastée par l’abandon de son mari, a décidé d’agir. Elle a rencontré un groupe de chrétiens, et a été conviée à une étude biblique. Elle y a trouvé le soutien dont elle avait besoin.

Un samedi, alors qu’elle n’avait personne pour le garder, elle y a amené Carlo Jay, qu’elle a pu laisser jouer dehors avec d’autres enfants qui faisaient partie d’un programme spécial. Après quelques semaines, Carlo Jay a intégré le programme de parrainage.

Des habitations aux Philippines

Un enfant de Dieu

C’est alors que Victoria est entrée dans la vie du petit garçon. Lycéenne américaine, la jeune fille avait à cœur de parrainer un enfant dans le besoin. Son choix s’est porté sur Carlo Jay, trois mois après l’inscription de celui-ci au programme de parrainage.

Elle a commencé à m’écrire. Je ne comprenais pas qu’on puisse penser à moi depuis un autre continent, alors que mon propre père m’avait abandonné.

Il a longtemps pensé que Victoria finirait par se lasser de lui écrire régulièrement, et qu’elle aussi finirait par l’abandonner.

Mais Victoria a continué de parrainer le jeune garçon. Pendant des années, elle lui a régulièrement donné de ses nouvelles. Elle lui a parlé de ses études, ses fiançailles, son mariage et la naissance de ses enfants. Son mari, Anthony, a lui aussi pris la plume pour écrire au jeune Philippin, ce qui a beaucoup touché Carlo Jay.

Face à cette persévérance, il a peu à peu compris que l’amour que lui témoignait sa marraine était authentique et qu’il provenait d’un amour encore plus grand, celui de Jésus. Enfin, il se sentait aimé et précieux aux yeux de quelqu’un.

Lorsque j’ai compris ce que Jésus avait fait par amour pour moi à la croix, j’ai choisi de lui donner ma vie. Dieu a alors commencé un processus de guérison dans mon cœur. Il m’a permis de pardonner à mon père et de trouver refuge en lui.

Une rue aux Philippines

Un jeune homme engagé

Il a ensuite commencé à apprendre à s’exprimer en public et à développer de réelles aptitudes en communication : il est désormais titulaire d’un diplôme dans ce domaine.

Il est très engagé auprès des jeunes de sa génération et désire impacter des vies, en particulier celles des plus démunis, comme Victoria l’a fait pour lui il y a maintenant plusieurs années.

Je travaille à présent pour Compassion Philippines. Être la voix des plus pauvres, donner de l’espoir aux gens qui vivent dans ma communauté… cela me tient à cœur. Je veux que les gens réussissent à améliorer leurs conditions de vie, comme les miennes se sont améliorées grâce au programme de parrainage.

Il sera en France du 20 septembre au 7 octobre. Si vous souhaitez le rencontrer lors de son séjour, vous pouvez consulter les dates et étapes de sa tournée sur notre site ICI.

Pour aller plus loin

  • Si vous voulez en apprendre plus sur l’impact du parrainage, lisez le témoignage de Marie Grace, survivante du génocide rwandais !

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *