2020, une année hors-normes pour les Ticket-Repas !

Comme pour tous, l’épidémie actuelle a bouleversé l’emploi du temps 2020 du SEL. Nous avons voulu passer en revue les temps forts des derniers mois. Mois par mois, découvrez les moments forts vécus par nos partenaires tout au long de cette année 2020, vraiment particulière.

Malgré les nombreux défis de cette année et, peut-être, des moments douloureux pour certains, l’équipe du SEL est reconnaissante pour le soutien fidèle de nos donateurs. Si nos partenaires ont pu continuer leur travail auprès d’enfants et d’adultes vulnérables, c’est en grande partie grâce à vous. Merci !

JANVIER : la cantine, l’affaire de tous !

Anaïs, chargée de projets au SEL, a récemment visité le complexe scolaire de l’Association les Amis du Progrès (2AP), un de nos partenaires Ticket-Repas au Tchad :

« C’est de manière festive que nous sommes accueillies à l’école de 2AP, par plusieurs centaines d’élèves.
Dans la vaste cour de l’école, entourée de tous ces enfants entonnant des cantiques, un sentiment de fierté et de reconnaissance m’envahit. Car cette école dispose aujourd’hui d’une cantine grâce au soutien de nos donateurs, un véritable témoignage d’amour.
L’heure des premiers cours arrive ; nous laissons les élèves s’installer en classe, sous une sorte de paillotte. Nous apprenons que ces classes ont été construites à partir de matériaux locaux. Ce qui résume bien l’esprit de 2AP : faire bien avec ce que l’on a !
À midi, nous retrouvons les 120 élèves inscrits à la cantine, des enfants dont les parents sont souvent démunis et qui habitent des villages alentours.
La cantine de 2AP c’est un peu l’affaire de tous : des élèves sortent les lavabos mobiles pour le lavage des mains, les plus âgés distribuent les repas sous le regard avisé du directeur, d’autres sont mobilisés pour la vaisselle…
Tout un travail d’équipe orchestré par notre partenaire pour permettre à ces élèves de manger au moins une fois par jour
. »

FEVRIER : un moment fort pour Marie-Armelle

Une équipe de donateurs s’est rendue au Togo pour visiter divers projets financés par le SEL. Marie-Armelle partage avec nous son ressenti suite à la visite à l’École des Sourds de Lomé.

« La matinée passée à l’école Ephphata a été pour moi un des moments forts de notre visite au Togo.
Au préalable, le directeur de l’école nous a enseigné quelques rudiments de la langue des signes. J’ai été frappée par la volonté des enfants d’échanger avec nous. L’apprentissage de la communication par les signes s’avère une grande chance, et chacun semble avoir soif de grandir et s’épanouir.
Le financement de la cantine est aussi une opportunité pour eux : elle leur évite l’aller-retour chez eux pour déjeuner ou de chercher à manger dans les rues de Lomé. Chaque enfant participe en dressant la table, et apprend à se laver les mains avant le repas, donc à vivre en société. La cerise sur le gâteau : rester à l’école permet aux enfants de tisser des liens plus forts entre eux lors des repas. Pensons et prions pour le personnel dévoué de l’école et tous ces enfants ! »

MARS : Confinés en France, les partenaires nous encouragent !

« Que Dieu vous garde et vous protège pendant cette tempête ! » – Hélène, Rép. dém. du Congo
« Nous avons les genoux fléchis et les mains levées vers le ciel. Nous sommes abattus mais pas vaincus. » – Bienvenu, Bénin
« Nous continuons à prier pour nos partenaires, donateurs et frères et soeurs en France et partout dans le monde pour la protection de Dieu. Nous vous aimons. » – Yvette, Sénégal

AVRIL : Vaincre la psychose du virus chez les enfants

En Avril, le Bénin est lui aussi touché depuis plusieurs semaines par des cas de Coronavirus. Le gouvernement a réagi très vite et a mis en place des mesures de prévention drastiques (fermeture de toutes les écoles, isolement de certaines communes…). De quoi créer de grandes craintes parmi les enfants de l’orphelinat de Jeunesse Ambition à Porto Novo…
L’équipe, portée par sa foi, a dû alors redoubler d’efforts pour apporter réconfort et paix aux enfants, tout en les sensibilisant, ainsi que leurs familles, aux gestes barrières.

MAI : Des masques pour tous !

En 2020, la promotion de BOMO comptait 16 jeunes femmes internes, sorties de la prostitution et bien décidées à changer de vie. Leur formation de couture avait commencé depuis un peu plus d’un mois quand la pandémie est arrivée en République dém. du Congo.

Afin de ne pas interrompre le programme de formation et pour encourager les filles dans leur confinement, notre partenaire local, Bana ya Kivuvu a acheté un ordinateur portable et installé zoom. Elles ont ainsi pu garder le contact avec les éducateurs qui ont continué les enseignements prévus.
Quoi de plus normal pour des apprenties couturières que de fabriquer des masques ? Matériel et machines à coudre à disposition, ni une, ni deux, elles se sont mises au travail. Elles en ont fabriqué pour elles-mêmes et les autres maisons d’accueil de Bana Ya Kivvu, dont la Maison de l’espoir et l’orphelinat Bakolé, soutenues par le SEL.
L’étape suivante est venue naturellement : pourquoi ne pas vendre des masques ? Les commandes ont afflué, notamment de la part d’une école de Kinshasa. Ces jeunes femmes peuvent être fières de leur travail ! La contribution de nos donateurs pour l’alimentation ainsi qu’une aide d’urgence ont permis de pourvoir aux besoins alimentaires pendant cette période troublée.

JUIN : Les cantines scolaires jouent les prolongations

Fin mars, notre partenaire malgache Betela s’est vu obligé de fermer école et cantine scolaire.
En juin, bonne nouvelle : l’école a rouvert ses portes pour les élèves de CM2 ! En effet, ils ont un examen important à la fin de l’année : le Certificat d’Etudes Primaires et Elémentaires. Il a donc fallu jouer les prolongations et demander aux élèves de venir plusieurs semaines supplémentaires pour rattraper le temps perdu pendant le confinement.
Marie, une des élèves témoigne :

« Cette année est difficile pour nous en CM2, l’année scolaire s‘est rallongée… J’ai l’habitude de manger ici à midi, mais à cause de la COVID-19, la cantine scolaire est fermée. Heureusement qu’on a cours que le matin, on nous donne une collation à la récréation et à notre sortie de l’école à midi. »

JUILLET – AOÛT : Une belle réussite !

Fin juin, l’École Renaissance des Sourds, à Dakar (Sénégal), a pu rouvrir ses portes pour les classes d’examens.
Le mois de juillet a alors été entièrement consacré à rattraper le retard accumulé pour les enfants, tout en prenant toutes les précautions sanitaires possibles. Port du masque, lavage des mains, tout cela a été expliqué avant la rentrée, à tous les élèves, dans une vidéo didactique en langue des signes.
En septembre, ces efforts ont été récompensés lorsque les résultats du Brevet de fin d’Études Moyennes (BFEM) ont été annoncés : 100% de réussite pour l’ERS !
« Avec Dieu nous ferons des exploits ! » (Psaume 60) voilà la conclusion de toute l’équipe en joie.

Dernier trimestre : la vie reprend !

Là-bas comme ici, c’est la rentrée. À Kinshasa, les cours ont repris début octobre :

« La vie continue normalement. On respecte la distanciation et le lavage des mains ».

Pourtant, bien des choses ont changé. De nombreux élèves n’ont pas été en classe depuis le mois de mars. Peu ont pu suivre des cours à distance. La situation de précarité économique des familles s’est aggravée pendant le confinement. C’est pourquoi ces repas réguliers auront encore plus d’importance cette année.
Au Burkina Faso, les repas sont à nouveau servis, par petits groupes dans le centre de Kheur Guney. Le lavage des mains est surveillé de près : « Tu ne te laves pas les mains, tu ne manges pas ! »

Grâce au fond d’Urgence Coronavirus, de nombreuses cantines ont maintenant des dispositifs lave mains.
Au Bénin, les responsables de Casa Grande racontent : « Le concierge a été formé pour veiller à ce que les enfants se lavent les mains et gardent les masques. »

À Madagascar, la rentrée aura lieu fin octobre. Certains partenaires, comme Andao Hitia, ont continué à distribuer des kits de vivres et sont dans l’attente des consignes du gouvernement concernant la réouverture de la cantine.

Un grand merci à tous les donateurs qui permettent la réalisation de ces projets !

Pour aller plus loin

Renseignez-vous sur les projets Ticket-Repas du SEL, rendez-vous sur le site internet.

Vous pouvez soutenir ces projets en priant pour :

  • La protection des partenaires et bénéficiaires face à la COVID-19
  • Le témoignage, vivant et permanant, du personnel encadrant auprès des enfants dont ils s’occupent, en particulier dans ces circonstances particulières de pandémie.

Ecrit par Isabelle, chargée de projets de développement au SEL

Participez à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *