Face à la crise COVID-19 : ici et là-bas, même combat !

Confinement, déconfinement, reconfinement… En France, beaucoup de questions demeurent sur la tournure que vont prendre les événements, mais une chose est sûre : il y aura un avant et un après COVID-19 ! Mais qu’en est-il des partenaires du SEL en Afrique ?

Pour les partenaires du SEL aussi, la pandémie a bouleversé les activités et il leur a fallu rapidement s’organiser. Pour la plupart, les activités « habituelles » ont dû être repensées : suspension des cantines, distribution de vivres et de dispositifs lave-mains aux familles des bénéficiaires, et sensibilisation sur l’importance des gestes barrières.

De la nourriture et du savon

Avec la propagation de la COVID-19, impossible pour l’Association Compassion Vie pour l’Enfance (ACVE), l’un de nos partenaires Ticket-Repas au Burkina Faso, de continuer à accueillir et nourrir, 2 fois par semaine, les 75 enfants issus de familles vulnérables du quartier.

Grâce à la subvention reçue de la Fondation du Protestantisme, le SEL a toutefois pu aider l’ACVE à poursuivre son soutien auprès des enfants et de leurs familles. Chaque ménage a ainsi bénéficié d’un kit de vivres, ainsi que d’un dispositif lave-mains afin de prévenir au maximum la propagation du virus . Pour ces familles, devenues plus vulnérables suite à la suspension de leurs activités économiques, l’aide a été fortement appréciée !

Un des parents de bénéficiaire témoigne :

« Avec la maladie [le Coronavirus] cette année, tout était bloqué : nos travaux ne marchaient plus, on ne pouvait plus sortir pour travailler ni même vendre quelque chose pour avoir à manger. Mais grâce au soutien des amis du pasteur (le SEL et la Fondation du Protestantisme) nous avons eu des vivres, des lave-mains et aussi des masques. »

Des activités réorganisées

Toujours au Burkina Faso, Le Berceau des Enfants a également appuyé une centaine de ménages en kits de vivres et dispositifs lave-mains. Le Centre Social d’Appui à l’Education et au Developpement (CESAED), quant à lui, a suspendu sa cantine scolaire mais a pu distribuer des kits alimentaires à près de 150 élèves et leurs familles. Des dispositifs lave-mains ont été fournis à chaque famille et à l’école.

À Madagascar, l’école de Betela, un de nos partenaires, a dû suspendre momentanément sa cantine scolaire. En remplacement, ils ont distribué un kit de vivres et d’hygiène à près de 95 ménages.

Pour Mme Feno, bénéficiaire, c’était un soulagement :

« Je suis coiffeuse et je n’arrive plus à avoir de clients depuis le début du confinement. Je suis contente du don que j’ai perçu à Betela, contente parce que mon enfant, même si elle ne va pas à l’école, reçoit de la nourriture et ça aide dans mes finances. Merci ! »

De la sensibilisation aux gestes barrières

Comprenant très vite la menace de la COVID-19 et les enjeux pour les populations vulnérables, JAEPP (Jeunesse Action pour l’Evangélisation, la Paix et le Progrès) un de nos partenaires béninois, a tout misé sur la prévention. Les cas étaient alors encore peu nombreux dans le pays.

Ayant d’abord travaillé auprès des ménages vulnérables, JAEPP a étendu son action en installant des dispositifs lave-mains dans les lieux publics, comme les maisons des chefs d’arrondissement et des chefs de villages.

Dorénavant les chefs, eux-mêmes convaincus de l’importance des gestes barrières, peuvent sensibiliser à leur tour la population. Comme ce chef d’arrondissement de Bétoumey qui dit :

« Avant le début du projet, aucun lave-mains n’existait à l’entrée du bureau du Chef d’Arrondissement et des bureaux des chefs de villages de mon arrondissement. […] Nous avons appris sur les chaînes de radios et de télévision l’existence du Coronavirus mais nous n’y croyions pas […] Par ignorance, nous nous disions que c’était une maladie pour les occidentaux.

JAEPP nous a permis de comprendre que cette pandémie n’est pas propre à une région donnée et qu’elle existait déjà au Bénin. Il nous a enseigné les gestes barrières à la COVID-19, la fabrication du tippy tap (un dispositif lave-mains) et les techniques de renouvellement des pièces de rechange du lave-mains moderne qu’elle a mis à la disposition de mon bureau. Ce lave-mains m’a permis de sensibiliser mes 13 chefs de villages, mes conseillers de village et mes administrés à la COVID-19, aux gestes barrières et à l’importance de l’hygiène corporelle afin d’éviter non seulement le Coronavirus mais d’autres maladies liées à la mauvaise hygiène. Mes populations mettent en pratique régulièrement les gestes barrières au Coronavirus. »

Leur travail ne s’arrête pas là !

Grâce au fonds d’Urgence Coronavirus, le SEL a été en mesure d’aider nombre de ses partenaires. Ces quelques projets ne sont que des exemples illustrant les premières initiatives qui ont pu être menées.

Face à la crise de la COVID-19, nos partenaires ont encore une fois su faire preuve d’imagination pour aider leur prochain. Cependant, la crise n’est pas encore terminée et continue d’avoir des impacts forts là-bas comme ici. C’est pourquoi, le SEL soutient l’œuvre de ses partenaires qui accompagnent sans relâche les populations vulnérables, quel que soit le contexte.

Pour contribuer aux actions des partenaires du SEL face à la COVID-19, cliquez ci-dessous :

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *