Des arbres pour la vie

Passionné par la nature, Benson, directeur d’un centre de développement de l’enfant (CDE) au Kenya, a lancé une initiative pour reboiser la ville rurale de Matioli. Plus de 50 000 arbres plus tard, les bénéfices, tant sur l’environnement et les sols que sur les familles et la communauté entière, sont notables.

Un problème enraciné 

En 2012, Benson rejoint le personnel du CDE de Matioli en tant que comptable. Pour marquer le jour de son arrivée, il plante un arbre. Quatre ans plus tard, lorsqu’il devient directeur de centre, il souhaite aller plus loin en transmettant sa passion pour l’environnement et en encourageant les jeunes aux pratiques agricoles. Car, à Matioli, la communauté, essentiellement constituée d’agriculteurs de subsistance, fait face à de nombreux défis. Et les jeunes, découragés de voir leurs parents peiner, se désintéressent progressivement de l’activité agricole. 

Les années de monoculture et de déforestation, ayant érodé les sols, expliquent en grande partie ces difficultés. Les fortes pluies, fréquentes dans cette région bordant la forêt de Kakamega, emportent beaucoup de terre fertile, ce que les arbres évitaient auparavant.

« L’érosion des sols m’inquiétait, des sols en mauvais état conduisent à de mauvaises récoltes qui, elles, conduisent à une mauvaise nutrition. », explique le directeur de centre.

Face à ce constat, Benson sait qu’il faut agir et il pense savoir comment. 

Un projet florissant 

C’est ainsi que le programme pour l’agriculture et la plantation d’arbres voit le jour. Un de ses buts premiers ? Montrer aux jeunes les bienfaits de la reforestation ! En entendant les différentes leçons sur le sujet, Jimson reconnait qu’elles disent vrai en se basant sur sa propre expérience.

« J’ai entendu le professeur enseigner à propos des arbres et ça m’a parlé », raconte-t-il, « les récoltes de mes parents étaient mauvaises à cause de l’érosion des sols ».  

Le garçon commence alors à activement encourager d’autres jeunes à appliquer l’enseignement de Benson. Faisant le tour des maisons des uns et des autres, ils y plantent des arbres. De son côté, le directeur réussit à convaincre les parents à faire de même après avoir discuté des difficultés rencontrées pour améliorer les récoltes.

« Nos parents ont aussi entendu l’importance de cette démarche et l’Église les y encourageait », continue Jimson.

Aujourd’hui, l’adolescent a planté 300 arbres à lui tout seul ! 

Ce programme ne visait au départ que les adolescents et les plus âgés. Mais de jeunes enfants étaient aussi intéressés et souhaitaient s’impliquer. Après avoir écouté les enseignements sur l’agriculture et l’environnement, Gilbert, 10 ans, aide désormais aussi souvent que possible dans la pépinière de l’Église.

« On nous rappelait souvent que c’est grâce aux arbres que nous avons un bon climat et de l’air pur. Je suis très content de prendre soin de la création de Dieu », sourit Gilbert. 

Semer des graines pour l’avenir 

En 2019, Compassion Kenya, dans le cadre de son 40e anniversaire, a lancé l’initiative de planter un million d’arbres dans tout le pays. Les différentes Églises partenaires ont été encouragées à planter des arbres dans leurs communautés. Le centre de Matioli en a planté à lui tout seul 53 076 dont 3000 par Benson ! 

Ce dernier est ravi que le travail qu’il a commencé d’encourager parents et enfants à planter des arbres porte du fruit. Il constate déjà une grande différence dans l’attitude des personnes à l’égard de la nature. De plus, l’espoir renaît au sein de la communauté. En effet, l’érosion des sols et ses conséquences sont peu à peu limitées grâce au reboisement et les cultures se portent mieux. 

Mais plus que cela, Benson prie que ces graines qu’il sème aident les enfants à grandir en ayant conscience de l’importance de prendre soin de leur environnement. Déjà, ses leçons et son exemple ont montré à Gilbert que s’occuper de la nature plaît à Dieu.

« Dans Genèse 1.26, Dieu commande à l’homme de prendre soin de toute la création. Elle a de la valeur à ses yeux et il souhaite que nous nous en occupions bien », nous rappelle l’enfant. Et si, pour certains, l’argument de plaire à Dieu ne suffit pas, Benson ajoute et conclut que « prendre soin de la création de Dieu garantit la survie de l’humanité ». 

Pour aller plus loin

Le parrainage permet aux enfants de découvrir d’innombrables choses comme l’importance de prendre soin de la création de Dieu ! Pour en savoir plus sur le parrainage rendez-vous sur le site du SEL

Participez à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.