Ils prient pour vous

Alors que vous demandez à Dieu que Sa Présence remplisse le cœur et la maison de votre filleul(e), soyez assurés que vos prières font une véritable différence dans sa vie. Saviez-vous que votre filleul(e) en fait de même pour vous ?

Nous vous emmenons à la rencontre de 5 enfants et jeunes parrainés des Philippines qui partagent, avec nous, les prières qu’ils font monter vers Dieu pour apporter joie, force et protection à leurs marraines et parrains.

Richelle, 8 ans

Richelle est timide et parle à voix basse. Elle prie régulièrement pour sa marraine et sa prière révèle combien elle aime sa « deuxième maman du Royaume-Uni. » Voici ce qu’elle demande à Dieu :

« Mon Dieu, préserve ma marraine de tout malheur. Qu’elle ne fasse aucun accident, qu’elle ne tombe pas malade et que rien de mal ne lui arrive. Qu’elle garde le sourire et que tu lui donnes toujours ta joie. »

Janferdric, 8 ans  

Tout le monde l’appelle Ampy. Vif d’esprit, il parle vite et déborde d’idées. Un jour, il espère devenir médecin. 

Janferdric prie ainsi pour sa marraine :

« S’il te plaît mon Dieu, prends toujours soin de ma marraine. Garde-la, protège-la et prend soin d’elle jusqu’à la fin du monde. Je l’aime et je veux, moi aussi, prendre soin d’elle, mais elle habite loin. Alors, je t’en prie, prends soin d’elle pour moi. » 

Alvin, 10 ans

Alvin est un adolescent brillant qui souhaite, un jour, devenir scientifique.  

Croyant que l’argent n’est pas la réponse à tous les problèmes du monde, il sait qu’il peut, lui aussi, aider sa marraine en priant chaque jour pour elle.  

Voici ce qu’il dit :

« Merci Jésus de m’avoir donné une bonne marraine. S’il te plaît aide-la ainsi que sa famille à surmonter tous les problèmes auxquels ils font face dans la vie. Quoi qu’il en soit, j’ai appris que tu ne nous donnes pas des problèmes que nous ne pouvons résoudre. J’ai aussi appris que rien ne t’est impossible. » 

Quand on lui demande ce qu’il ferait pour aider sa marraine, s’il en avait la possibilité, c’est plein d’amour et de maturité qu’il nous répond : 

« Si on me donnait la chance d’aider ma marraine en retour, je lui donnerais tout mon amour. Pas de l’argent parce que je n’en ai pas et ce n’est pas la chose la plus importante. Comme on le dit souvent : « l’amour est tout ce dont nous avons besoin ». 

Certaines personnes peuvent être riches mais malheureuses. C’est pourquoi je suis reconnaissant qu’ici, au centre d’accueil, nous soyons soutenus et aimés par nos parrains. Alors oui, je donnerais à ma marraine le plus gros câlin. » 

Mark, 14 ans 

Mark veut devenir matelot pour pourvoir voyager dans de nombreux pays et un jour, qui sait, rencontrer son parrain.  

Voici ce qu’il dit en imaginant cette rencontre :

« En ce qui me concerne, je donnerai mon temps à mon parrain », songe-t-il. « Je ne sais pas si je pourrai le voir en personne un jour, mais ce qui est sûr, c’est que si cela arrive, je m’assurerai de passer des temps de qualité avec lui. » 

En attendant ce jour, Mark sait ce qu’il peut faire :

« Actuellement, nous sommes loin l’un de l’autre », dit-il. « Mais cela ne m’empêche pas de prier pour lui et lui donner du temps autrement en lui écrivant des lettres et en répondant à ses questions. » 

Joy, 14 ans

A l’église Blessed in Christ (Bénis en Christ), Joy est connue comme l’une des responsables de jeunes en qui on peut avoir confiance et fait partie du groupe de louange. Elle encadre également un groupe d’enfants au centre d’accueil. Plus tard, elle veut devenir comptable et conférencière. 

Reconnaissante d’avoir tellement reçu de la part de ses parrains, elle croit également que les filleuls peuvent bénir leurs parrains en retour. 

« Il est vrai que nous recevons beaucoup de choses de la part de nos parrains, mais nous pouvons aussi leur offrir des choses en retour », dit-elle. « Ils nous aident et nous voulons, nous aussi, les aider. » 

L’un de ses rêves est de rencontrer sa marraine.

« Si on m’en donnait l’occasion, je voyagerais à l’étranger, je visiterais ma marraine et surtout, je la prendrais dans mes bras pour la réconforter face aux problèmes ou aux peines qu’elle pourrait éprouver », imagine-t-elle. « Malheureusement, comme c’est presque impossible, je lui donnerai mon amour en lui écrivant des lettres, en priant pour elle et en étudiant bien. » 

Joy nous partage qu’elle a toujours hâte de lire les lettres de sa marraine car elles la motivent à persévérer dans les études. 

Pour aller plus loin 

Vous souhaitez vous lancer dans cette belle aventure qu’est le parrainage et ainsi aider un enfant à sortir de la pauvreté ? Parrainez dès maintenant sur le site du SEL 

Participez à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.