11 photos étonnantes de « micromaisons » dans les pays en développement

Pendant des millénaires, les gens ont vécu dans des petites demeures – et aujourd’hui, des millions de personnes vivent encore dans des maisons considérées comme « petites » selon nos normes occidentales. Découvrez quelques étonnantes photos de « micromaisons » prises dans plusieurs pays à travers le monde.

Le mouvement des « micromaisons » (« Tiny Houses » en anglais) s’étend depuis quelques temps à travers le monde. De nombreuses personnes commencent à adopter un mode de vie plus simple. Mais ces demeures de petite taille n’ont rien de nouveau ! C’est parti pour un tour du monde des micromaisons !

Voici quelques photos étonnantes de « micromaisons » à travers le monde.

Burkina Faso

Hélène, 20 ans, se tient devant sa petite maison en briques de terre séchée dans la campagne du Burkina Faso. Les températures sont souvent très élevées dans ce pays d’Afrique de l’Ouest et l’intérieur de la maison a tendance à chauffer pendant la journée. C’est pourquoi la famille reste généralement dehors, sous l’ombre du toit de chaume à l’entrée.

D’autres maisons au Burkina Faso sont faites de roseaux tissés comme celle de cette famille.

Indonésie

En Papouasie indonésienne, certaines familles vivent dans des maisons traditionnelles appelées honai faites de bois et de toits de chaume. Traditionnellement, les feux sont placés au centre de ces maisons rondes.

Ouganda

Ivan, un enfant de 7 ans inscrit dans un centre d’accueil de parrainage, vit dans cette petite maison de terre cuite avec sa tante.

Philippines

Une mère et sa fille vivent dans cette maison de paille aux Philippines. Le personnel du centre d’accueil leur ont récemment rendu visite pour inscrire la petite Kylane au programme de parrainage.

Nicaragua

Voici une cuisine typique de nombreuses familles au Nicaragua vivant dans la précarité.

Kenya

Les membres de la tribu Maasai au Kenya vivent dans une manyatta, un groupe de petites maisons faites de terre, de bouses de vache et de branches. Les maisons sont regroupées pour les protéger des animaux sauvages.

Pérou

Dans les régions montagneuses du Pérou, où les températures peuvent être glaciales, les micromaisons ne résistent pas toujours aux vents froids.

Tanzanie

Lukas a construit cette maison en brique en utilisant les compétences acquises lors de sa formation professionnelle au centre de parrainage.

République Dominicaine

Un père prépare un repas pour sa famille dans la cour avant. De nombreuses maisons dans les communautés pauvres n’ont pas de cuisine intérieure. Ainsi, les familles cuisinent à l’extérieur, sur le feu.

Les maisons en République Dominicaine sont généralement colorées. De nombreux Dominicains vivent encore dans des bateys, des entrepôts de canne à sucre abandonnés et réaménagés par les entreprises pour leurs ouvriers sans logement.

Mais ces micromaisons présentent de gros inconvénients …

Ces photos de micromaisons démontrent que les gens n’ont pas besoin de grands espaces pour vivre heureux et épanouis. Mais alors que les micromaisons occidentales sont souvent optimisées pour contenir toutes les commodités nécessaires,  ce n’est pas le cas pour celles de nombreux enfants parrainés à travers le monde.

Les toits

Certaines communautés rurales utilisent le chaume pour les toits. Bien que cela leur donne un certain charme, les toits de chaume peuvent abriter des insectes tels que les puces, ce qui peut avoir un impact négatif sur la santé des personnes vivant dans la maison. Les toits de chaume peuvent également présenter des fuites en cas de fortes pluies et doivent fréquemment être réparés ou remplacés. D’autres familles construisent leurs toitures en tôle, généralement plus étanches, mais cela laisse passer les courants d’air froids.

Le sol

De nombreuses maisons dans le monde ont des sols en terre plutôt que des revêtements de sol améliorés tels que le béton ou le bois. Lorsqu’il pleut, les sols peuvent devenir boueux et attirer les insectes. Les maladies respiratoires et parasitaires se propagent plus facilement dans les maisons avec des sols en terre.

L’électricité

De nombreux foyers de familles démunies ne disposent pas d’électricité. Au-delà des conséquences pratiques que cela créé, comme le manque de lumière ou l’absence d’électroménager, cela affecte gravement leur santé. Souvent, les familles ont des feux à l’intérieur et des lanternes au kérosène, qui polluent l’air intérieur et peuvent provoquer des infections respiratoires aiguës – l’une des principales causes de mortalité des enfants vivant dans la pauvreté.

L’eau et l’assainissement

Souvent, les maisons des familles les plus démunies n’ont pas de toilettes, de collecte d’ordures ou d’accès à l’eau potable. Cette combinaison mortelle cause chaque jour le décès de 1 000 enfants de moins de 5 ans.

La sécurité

Certaines familles pauvres utilisent un drap ou un autre matériau en guise de porte. Et quand il y a une porte, la serrure est bien souvent absente. Ces familles n’ont pas le sentiment d’être en sécurité. De plus, ces maisons sont également facilement détruites. Nombreuses sont les maisons ravagées ou endommagées chaque année par les tempêtes, les glissements de terrain ou les inondations.

Le parrainage aide toute la famille

Le parrainage permet de soutenir non seulement un enfant, mais également toute sa famille et sa communauté. Soulagée de certaines dépenses, la famille peut plus facilement économiser et améliorer le cadre de vie de toute la famille.

Votre parrainage change vraiment des vies !

Pour en savoir plus sur le parrainage d’enfants, vous pouvez consulter le site internet du SEL.

Si vous voulez parrainer un enfant avec le SEL, c’est par ici :

Cet article est inspiré de l’article du blog de Compassion Canada.

Participez à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *