Plus de simplicité dans son style de vie : un objectif pour tout chrétien ?

Les Éditions Mennonites publient une pièce de théâtre intitulée « Voyage vers la simplicité ». Une occasion de réfléchir à son style de vie. Un sujet qui tient à cœur au SEL.

couverture du livre voyage vers la simplicité

Les Éditions Mennonites publient une pièce de théâtre intitulée Voyage vers la simplicité. Les sujets de la vie quotidienne que les trois personnages abordent sont largement en rapport avec le souci de ceux qui vivent dans la pauvreté ou sont victimes d’injustices.

Alors qu’ils sont dans un train pour la mystérieuse destination de Paco, Sim, Avi et Søren entament une conversation. Elle va rapidement tourner sur des sujets très ordinaires, mais très importants.

En effet, les trois personnages vont parler de choix quotidiens en matière de consommation ou de mode de vie qui nous relient à des personnes qui souffrent de la pauvreté et à la création dont l’état se dégrade.

Chacun d’entre nous va être amené à se questionner et à donner ses propres réponses. Comme le dit Sim : « Il y a plein de manières de vivre la Simplicité, aussi selon les tempéraments ! Il y a une incroyable liberté dans ce domaine et cela prend du temps de trouver sa voie sur ce chemin. »

Une pièce de théâtre

Voyage vers la simplicité se présente comme une pièce de théâtre. Il s’agit sans doute davantage d’un artifice littéraire que d’une tentative pour proposer un texte destiné à être réellement et régulièrement joué sur les planches. Et pourtant…

La forme de la pièce de théâtre et la présentation d’idées sous forme de dialogue a des avantages pour aborder le sujet de la simplicité :

  • On sent que les auteurs sont plus proches de Sim (qui promeut la simplicité de façon assez radicale) que d’Avi (qui incarne la société de consommation). Cependant, le personnage de Søren permet des positions intermédiaires. Le lecteur peut s’identifier tout à tour à l’un des trois personnages. Le genre de la pièce montre que le sujet de la simplicité demande une discussion. Une pluralité de voix est nécessaire pour en parler.
  • Un « style de vie simple », c’est un sujet qui engage chacun personnellement. Utiliser des personnages, chacun avec son caractère, parfois affirmé, pour en parler, est pertinent. Une présentation concrète de ce genre aide à s’approprier la problématique.

La simplicité : une question compliquée ?

La Déclaration de Lausanne (1974) contenait un engagement de la part de ceux qui vivent dans l’abondance de « développer un style de vie simple » pour « contribuer plus généreusement à l’évangélisation et à l’aide aux déshérités. »

Déjà à l’époque, John Stott avait relevé : « Il n’y a sans doute aucune partie de la Déclaration qui ait provoqué plus d’anxiété que celle-ci chez ceux qui allaient en être les signataires à Lausanne. » Il relevait le caractère relatif d’une notion comme celle de simplicité.

Lausanne liait simplicité avec évangélisation et aide aux déshérités. On pourrait préciser et multiplier les thématiques. Voyage vers la simplicité nous en offre un bon panorama :

  • Les conditions de travail de ceux qui fabriquent les biens que nous consommons.
  • Le commerce équitable.
  • Le Made in France.
  • Le consumérisme.
  • La pollution.
  • Le fait de privilégier la nourriture locale et de saison / les AMAP.
  • La justice sociale.
  • Le productivisme et le principe de l’année sabbatique et du jubilé.
  • La notion de « péché structurel ».
  • Le monde de la finance et les investissements éthiques.
  • Ce qu’est un véritable « besoin ».
  • Le don, le partage, l’idée de communauté des biens.
  • Le recyclage, le gaspillage.
  • Les inégalités.
  • La sensibilité à la beauté de la création.
  • La qualité de la vie et des relations personnelles.
  • Etc.

Soyons clairs : Voyage vers la simplicité oriente le lecteur vers des directions bien définies. Tout le monde ne sera pas convaincu. Mais il a l’avantage de mettre devant nous des questions incontournables et une ou plusieurs manières d’y répondre. Celui qui trouvera les propositions de la pièce de théâtre trop « radicales » pourra néanmoins méditer avec profit cette parole de Søren : « La vie est faite de compromis, mais ces derniers n’empêchent pas de se questionner. »

Et si c’était vraiment un voyage vers la simplicité ?

Un texte de 1980 intitulé « Un engagement évangélique pour un style de vie simple » expliquait qu’un tel style de vie avait de la valeur en soi. En effet, il correspond au genre de vie que le Créateur attend de la créature faite en son image. Mais la situation de pauvreté de tant de personnes rend tout autre mode de vie indéfendable. C’est pour cela que le SEL ou Michée France portent depuis longtemps une attention toute particulière au sujet de la simplicité.

Ce texte de 1980 avait aussi su marquer qu’il ne s’agissait pas de donner des règles pour soi ou pour les autres, mais de faire une démarche sérieuse pour pouvoir dépenser moins et donner davantage.

L’une des idées qui ressort de la pièce est que la simplicité est une question de parcours, de cheminement. Sim explique à juste titre : « On est tous appelés à des choses différentes… » Et encore : « … c’est un chemin et chacun doit trouver son rythme. L’important, c’est d’avancer. »

Pour avancer, une bonne discussion, faite posément et en prenant le temps nécessaire peut être précieuse. Utilisons Voyage vers la simplicité pour cheminer chacun à sa manière en pratiquant la justice, en aimant la miséricorde et en marchant humblement avec Dieu

Pour vous procurer la pièce de théâtre, Voyage vers la simplicité rendez-vous sur le site des éditions Mennonites.

Pour aller plus loin sur ce sujet, découvrez la proposition d’atelier-débat du SEL : Mener un style de vie simple : est-ce absolument indispensable pour un chrétien ?

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *