Urgence Coronavirus : 1 an plus tard, toujours au front !

Il y a plus d’un an, la COVID-19 entrait dans nos vies, bouleversant notre quotidien, nos habitudes, nos certitudes… En Afrique, la pandémie n’a fait qu’aggraver une situation déjà précaire. Grâce au Fonds d’Urgence Coronavirus, les partenaires du SEL en Afrique ont pu aider les plus démunis. Un an plus tard, leurs manches sont toujours retroussées. Point sur la situation.

Tout comme la France, la plupart des pays Africains n’en ont pas fini avec la pandémie de la COVID-19, loin de là ! 2ème, 3ème vague, chacune arrive plus ou moins en décalé et avec plus ou moins d’intensité, suivant les pays.  

La COVID-19, c’est quoi ça ? 

De trop nombreuses zones géographiques, principalement en zones rurales, sont encore victimes d’une mauvaise circulation des informations concernant le virus, quand il ne s’agit pas d’une circulation de mauvaises informations.  

« Moi, j’ai juste entendu dire qu’il y a une nouvelle maladie qui est venue dans le pays. » témoigne Bérénice, maman d’élève au Bénin. « Je ne savais pas exactement de quoi il s’agissait ; parce que je ne suis pas allée à l’école. »  

Lutter contre la mésinformation

Conscient de cela, notre partenaire Fondation Jeunesse Unie (FJU) a mis en place plusieurs projets de sensibilisation à destination des enfants et de leurs parents (distribution de flyers, émissions radio etc…). Des dispositifs lave-mains ont aussi été installés dans 9 écoles et des masques ont été distribués.  

« Avec l’aide de mon enfant, j’ai compris beaucoup de choses sur le coronavirus » poursuit Bérénice. « J’ai compris que ça concerne tout le monde et qu’il faut se protéger. »  

Appuyé par le SEL, le Conseil National des Écoles Évangéliques au Tchad (CNEET) a lui aussi installé des dispositifs lave-mains dans une centaine d’écoles du réseau ce qui a grandement aidé le CNEET dans sa stratégie de sensibilisation. « Nous vous adressons nos sincères remerciements pour les kits de lavage de mains. Votre soutien est arrivé à un moment où tous s’interrogeaient sur la conduite à tenir et les moyens à mobiliser pour faire face à la Covid-19. Ces kits ont soulagé beaucoup de nos écoles. Que Dieu vous bénisse » 

En République démocratique du Congo : du scepticisme 

Selon une enquête menée par notre partenaire LICEO/KHL (Ligue Chrétienne pour l’Encadrement des orphelins/Kairos of Hope and love) dans les marchés publics dans la zone de Mbanza Ngungu, une grande partie de la population ne croit pas à l’existence du virus pour:  

  • 80% des jeunes interrogés  
  • 70% des femmes interrogées  
  • 50% des hommes interrogés  

Mais parallèlement à cela, tous sont unanimes pour dire que, depuis qu’on parle de pandémie, leurs conditions de vie se sont détériorées : baisse des activités économiques, cursus scolaire fortement perturbé, augmentation de la violence conjugale ou de délinquance chez les jeunes, etc. 

La sensibilisation, clé du changement 

Face à cette défiance, LICEO/KHL répond par une action concrète en : 

  • sensibilisant les populations : rétablir la vérité sur l’existence du virus est primordial, ainsi qu’informer sur l’importance des mesures de prévention, comme le lavage des mains.  
  • réaménageant 25 points d’eau : les communautés ont ainsi accès à l’eau facilement et de façon sécurisée.  
  • offrant des formations professionnelles à une vingtaine de jeunes afin de les aider à assurer leur avenir, malgré le contexte difficile.  

Sans possibilité de travailler, comment s’en sortent-ils ? 

Le ralentissement des activités économiques, inhérent à la pandémie, est en effet un réel fléau pour les communautés. 

C’est ce dont témoigne Solange, mère de trois enfants et vendeuse de légumes en République démocratique du Congo. Au fil des semaines elle a vu, avec inquiétude, son précieux stock de légumes diminuer. Avec le confinement, plus moyen de quitter son domicile pour s’occuper de son commerce et donc impossible de gagner sa vie. Or, les rentrées du foyer, c’est elle qui les gagne normalement. 

« Les enfants sont tout le temps à la maison, c’est difficile de leur donner suffisamment à mangerLeur père est au chômage à cause du confinement. Avant, il avait un travail payé au jour le jour. Ses revenus étaient déjà instables mais le confinement a aggravé la situation ».  

De la nourriture, du savon et des masques 

Face à ce constat, notre partenaire Ministère Plus que Vainqueur (MPV) a mis en place un projet de distribution de kits alimentaires pour soulager des familles en difficultés, comme celle de Solange, en attendant l’allègement des mesures gouvernementales et la reprise des activités économiques. Au total, 100 ménages ont pu bénéficier de cette aide.  

MPV a également distribué masques et savons, et encouragé les ménages à poursuivre leurs efforts en matière de gestes barrières. Pour compléter le tout, il les a aussi accompagnés dans la construction de lave-mains « tippy-tap »[1].  

Tous concernés, pour aimer leur prochain en temps de crise 

FJU au Bénin, CNEET au Tchad et LICEO et MPV en République démocratique du Congo ne sont que des exemples de partenaires qui se sont mobilisés, pour aider les populations en cette crise sanitaire et économique sans précédent. Mais ils ne sont pas les seuls ! 

Nombre de nos partenaires chrétiens locaux ont fait tout leur possible pour enrayer la propagation du virus dans 11 pays différents et accompagner les populations dans leurs activités économiques.  

Grâce à une subvention de la Fondation du Protestantisme et grâce à vos dons :  

  • 46 projets ont pu voir le jour depuis mars 2020, soit environ 1 projet par semaine 
  • 3 638  dispositifs lave-mains ont été distribués à des ménages ou dans des lieux publics  
  • 108 000 personnes ont pu bénéficier de kits d’hygiène  
  • Plus de 9 000 personnes ont reçu des kits alimentaires 

Oui nous pouvons être fiers de nos partenaires, mais nous sommes également fiers de votre mobilisation à nos côtés ! Merci pour votre précieux soutien ! 

Pour suivre la situation dans les pays où sont nos partenaires, consulter notre site internet :

Le développement du coronavirus en Inde a engendré une crise majeur dans le pays. Afin de soutenir la population, un Fonds d’Urgence a été ouvert. Pour faire un don rendez-vous sur le site.

[1] Le tippy tap est un modèle de lave-mains qui peut se construire avec des matériaux que les ménages ont facilement à portée de main.

D’autres articles sur la crise sanitaire :

Participez à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *